MENÚ AUXILLIAR DE LA PÁGINA

FORTUNA
Bannière

Website Officiel de la Behobia / San Sebastián - Édition 56

56 Behobia - San Sebastián 2019

BSS Salud

COMPARATIVE BEHOBIA 2014 ET 2015

Pour montrer l'influence de la chaleur sur la performance, nous avons comparé les temps de 2014, où la température était de 13º-14º C avec un taux d'humidité de 68%, et les temps de 2015, où la température était de 27º-29º C avec un taux d'humidité de 40%.

En comparant le temps moyen de tous les participants en 2015 par rapport à 2014, on constate qu’en 2015, les coureurs ont mis 8 minutes 27 secondes de plus pour compléter l’épreuve qu’en 2014. Si nous analysons cette perte de temps par point de chronométrage, nous voyons que le temps perdu n'a pas été constant : sur le tronçon Départ- KM 5, on constate une perte de seulement 45 secondes ; sur le tronçon KM 5- 10, la perte est de  1 min 58 secondes ; sur le tronçon KM 10-15, la perte  est de 2 min 12 secondes ; et sur le tronçon KM 15- Arrivée, la perte est de 3 min 32 secondes, soit près de 5 fois plus que sur le premier tronçon.

FRA-COMPARATIVA-2014-2015

La conclusion que l’on peut tirer de ces données est que les participants partent, en général, avec l'idée d'atteindre un objectif préalablement fixé et qu’ils réalisent, pour ce faire, un effort supplémentaire, sans tenir compte de l'influence de la chaleur sur l’organisme. Ainsi, sur les 5 premiers kilomètres, la perte est de seulement 45 secondes en moyenne, soit 9 secondes par Km. Sur les 5 Km suivants, la perte de 23,6 secondes par Km montre que le rythme se stabilise, et il augmente légèrement à 26,4 secondes par Km sur le tronçon KM 10-15. Les coureurs finissent la course effondrés, en raison de l'effort initial, puisqu’ils arrivent à perdre jusqu'à 42,4 secondes par Km sur le tronçon final, soit près de 5 fois plus que sur le premier.

Étant donné que la perte moyenne de temps à l’Arrivée est de 8 minutes 27 secondes, et que l’idéal serait de maintenir une allure régulière, la perte par Km devrait être de 25,35 secondes. Ce qui nous permet de déduire, à partir des données, que les participants finissent par payer, sur le dernier tronçon, les conséquences de l’effort réalisé sur le premier tronçon.

EFFET DE LA CHALEUR PENDANT L’EXERCICE

La chaleur pendant l’effort est un danger qui menace tout sportif, et notamment pendant un exercice de haute intensité. Au cours des dernières années, nous avons constaté à la Behobia-San Sebastián une augmentation considérable du nombre de prises en charge lorsque la température ambiante dépasse les 20° C.

FRA-TABLA-ATENCIONES

La chaleur peut affecter l’organisme plus ou moins gravement. Si pendant la course vous ressentez un malaise, des crampes ou des vertiges, arrêtez de courir et demandez de l'aide. Si vous continuez, vous ne ferez qu’aggraver la situation. Le dispositif médical mis en place vous prendra rapidement en charge, mais la meilleure mesure est la prévention. Vous trouverez ci-après un bref résumé des effets de la chaleur sur l’organisme.

Crampes musculaires

Les crampes sont des contractions musculaires favorisées par une perte excessive d’eau et de sels minéraux et une exposition à la chaleur. Elles peuvent constituer le premier symptôme d'un problème plus grave. Arrêtez de courir et demandez de l'aide.

Syncope de chaleur

Perte de connaissance de courte durée, qui se résout spontanément en se couchant sur le sol. Sans arriver à perdre connaissance, elle peut se manifester par une sensation de malaise, d’étourdissement ou de vertige. Elle est causée par une perte importante de liquides organiques et de sels minéraux, à la suite d’une sudation abondante et par une chute de tension artérielle.  Il est impératif de cesser l'activité immédiatement et de demander de l'aide.

Épuisement dû à la chaleur

Incapacité soudaine du coureur de poursuivre son effort, dont les symptômes sont  :  étourdissement, malaise, nausées ou vomissements. Il faut arrêter immédiatement de courir et faire appel aux services sanitaires.

Coup de chaleur

Il s’agit du malaise le plus grave causé par la chaleur. Il peut affecter le cerveau, les reins, les muscles et le foie. Il nécessite des premiers soins et un examen médical immédiat, pour éviter des lésions graves, voire la mort. Lors de la Behobia-San Sebastián de l'année dernière, les prises en charge plus sérieuses ont été les Coups de Chaleur Active. La cause primaire d’un Coup de Chaleur est un environnement chaud et humide. Il est la conséquence d’un effort physique intense et prolongé, non directement lié à la forme physique de l’athlète, ni à des problèmes cardiovasculaires, ni au niveau d'hydratation.

Notre organisme a la capacité d'éliminer le surplus de chaleur du corps. Pour ce faire, il dispose de quatre mécanismes : évaporation de la sueur (principal pendant l'exercice), rayonnement thermique, conduction et convection (ces deux derniers en particulier si les vêtements ne sont pas transpirants). Lorsque la température ambiante augmente, l’organisme active ses glandes sudoripares, afin de réduire son fardeau thermique.  Mais toutes les personnes ne réagissant pas de la même façon à la chaleur, il convient de connaître les facteurs favorisants du coup de chaleur.

Individuels :

1. Personnes à risque. Certaines personnes sont susceptibles de souffrir des problèmes de chaleur à l’effort. Si une personne a déjà souffert de problèmes similaires, elle doit être examinée en profondeur avant la réalisation d’un exercice physique.

2. Manque de repos. Il ne faut pas réaliser une épreuve comme la Behobia-San Sebastián sans avoir dormi au moins 7 heures la nuit précédente.

3. Maladies concomitantes : rhume, gastro-entérite... Elles augmentent le risque de souffrir un problème de chaleur à l’effort grave.

4. Obésité.

5. Faible niveau d’entraînement.

6. Manque d'acclimatation.

7. Déshydratation.

Environnementaux :

1. Température ambiante élevée.

2. Humidité de l’air élevée.

L'organisation informera sur les conditions météorologiques avant le départ. Une journée chaude et humide n’est pas une journée propice pour améliorer vos performances. Courez à un rythme plus lent et évitez les risques inutiles. Ne regardez pas votre montre et évitez tout effort excessif. Utilisez un pulsomètre pour contrôler votre fréquence cardiaque.  

Prise de médicaments et/ou drogues

Certaines drogues et/ou médicaments peuvent favoriser la survenue d’un coup de chaleur. Évitez l'alcool, les amphétamines ou autres drogues et ne participez pas à la course si vous prenez des diurétiques, des bêta-bloquants ou d'autres médicaments pour le système cardiovasculaire. Si vous prenez un autre type de médicament, consultez préalablement votre médecin.

Mesures préventives

Avant l’épreuve :

Renseignez-vous sur la météo prévue le jour de la course. L'organisation vous informera également. Si des températures élevées sont prévues, adoptez un rythme plus lent.

Reposez-vous correctement et dormez au moins sept heures avant l’épreuve. Évitez l'alcool et d'autres drogues.

Ne courez pas si vous êtes enrhumé/e ou si vous souffrez de gastro-entérite ou d'autres maladies.

Pendant l’épreuve :

Hydratez-vous correctement (ni trop ni trop peu, ce que le corps vous demande), aux points de ravitaillement situés sur le parcours.

Ne vous acharnez pas à suivre à tout pris un rythme de course préétabli ou à atteindre la performance souhaitée. Une température élevée implique des risques qui peuvent être graves. Si vous vous sentez flancher, adoptez une allure plus lente. Un rythme exagéré pendant plusieurs kilomètres peut entraîner des conséquences graves pour votre santé.

Si vous avez des crampes, si vous ressentez un étourdissement ou malaise, ou si vous avec mal à la tête, arrêtez aussitôt de courir et demandez de l'aide. Le service médical de la course vous prendra en charge rapidement. Et vous pourrez toujours tenter l’épreuve l'année prochaine…

Questionnaire sur les signes et symptômes

Corazón hecho con cordones de zapatillas deportivas

Acceso al cuestionario

Formulario

Les sportifs sont les personnes les plus saines de notre société et celles qui risquent le moins de souffrir d'une maladie cardiovasculaire, de certains cancers, de diabète et de démence par rapport à d'autres personnes du même âge qui ne pratiquent aucun sport. Cela est dû au fait que la réalisation d'un exercice physique fréquent diminue considérablement le risque de souffrir de nombreuses maladies comme, par exemple, un infartus du myocarde, angine de poitrine, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle, obésité, diabète de type II, ostéoporose, arthrose, polyarthrite rhumatoïde, divers types de cancer, dépression, démence, fibromyalgie et tous les aspects liés à la dépendance propres aux personnes âgées.

De plus, l'exercice physique est un très bon outil et même quelques fois le meilleur pour traiter toutes ces maladies après qu'elles aient été diagnostiquées. Pour cette raison, de nombreuses sociétés savantes ainsi que les institutions publiques conseillent vivement aux populations de pratiquer exercise physique régulièrement pendant toute la vie.

Deshidratación y deporte

salida-de-behobia-san-sebastian

La deshidratación es un trastorno que ocurre cuando una persona pierde más líquidos (por ejemplo, en forma de orina o sudor) que los que ingiere. Cuando una persona se deshidrata, significa que la cantidad de agua que contiene su cuerpo ha descendido por debajo del nivel adecuado (nuestro cuerpo contiene aproximadamente dos tercios de agua). Las pequeñas pérdidas de líquidos no representan ningún problema y en la mayoría de los casos pasan completamente desapercibidas.


PIE DE PÁGINA

Pío Baroja, 47 - 20008 Donostia / San Sebastián (Gipuzkoa)
T. 943 314 859

Sponsors:

ADIDAS EDP KAIKU FORUM SPORT IMQ

Hévergément:

NERION

Développé par:

ADIMEDIA